P’tits trucs pour vos futurs tables de jeux

Salut les Ursidés,

Aujourd’hui on parle de table de jeu à l’occasion de la sortie VF de Bushido. Ce jeu a bien quelques années déjà mais beaucoup de gens (dont moi) sont très réticents à se fader les termes complexes en anglais. Merci encore Légion Distribution pour la traduction.

Si vous avez des questions sur les règles ou les factions vous pouvez toujours me contacter ici ou par Messenger sur le compte Fb de la Tanière Lugeek.

Passons à la pratique!

Cet article a pour but de vous donner quelques astuces simples et efficaces pour fabriquer une jolie table et ainsi mettre en valeur vos pitous. Il serait dommage de ne pas prendre son temps sur une surface de 60×60. Ça va vous changez du tapis vert! Il y a beaucoup de possibilités pour avoir un rendu propre et « rapide » (hors temps de séchage, bien sûr^^). Avant toute chose, une table se pense en fonction du jeu et de ses règles, la taille réglementaire du terrain bien sûr, mais aussi les zones de déploiement et les placements d’objectifs en fonction des scénarios (ne pas obstruer la ligne médiane par exemple). Bushido se situe dans le Japon médiéval fantastique, ce qui m’a immédiatement inspiré des couleurs automnales, et donné l’envie d’utiliser de l’eau artificielle. Les dimensions du plateau étant limitées, il faudra faire un choix sur certains bâtiments ou accessoire fixes. Pour ma part, je préfère sacrifier la modularité pour une homogénéité et éviter des raccords disgracieux entre tous les éléments. Raison de plus pour bien la réfléchir !

Le choix des matériaux

Le polystyrène est une matière facile à travailler, légère et bon marché. Il fait une très bonne base pour créer des reliefs, il se travaille au cutter (et je ne vais pas vous faire un laïus sur la protection de vos mimines), mais il peut aussi se travailler à la chaleur. Et là les gens, c’est uniquement en extérieur avec masque (heu oui c’est raccord avec la saison) cette option étant très toxique je suis resté sur la découpe traditionnelle. Un cadre en bois (plaintes, panneaux contre-plaqués,) assurera la rigidité et la protection contre les choques latéraux lors des déplacements.

La mise en œuvre

Après avoir tracé au préalable les zones de déploiement, d’objectif possible et de certains bâtiments qui me tenaient à cœur, j’ai opté pour la traditionnelle rivière qui est facile à faire avec un rendu top (nous le verrons par la suite). Les routes pavées donnent tout de suite un relief et une invitation aux voyages, il vous suffit de les imprimer à l’aide d’un vieux pinceau transformé (voir photo). Je trouve que c’est très agréable à réaliser et vous pouvez vraiment vous lâcher sur les formes.
Une fois que le polystyrène est travaillé vous devrez le peindre au pinceau pour le protéger des produits en bombe à venir car les gaz expulsés ont tendance à faire fondre le matériau. Les parties plus « sauvage » recevront un flocage (sable ou paillettes d’ardoise) puis je vous conseille de repasser un coup de vernis colle partout pour bien lier et protéger les différents éléments.

 

La mise en couleur

Les bombes de peinture ou l’Aéro seront vos meilleurs alliés. Utilisez plusieurs teintes pour ne pas avoir une couleur trop homogène. Pour la fin, de la peinture diluée dans un grand volume d’eau (comme un lavis à grande échelle quoi) vous permettront de lier le tout, très pratique pour faire ressortir vos pavés. Quelques pointes de lumière par-ci par-là pour donner encore plus de volume.

Les finitions

Pour faire la rivière, la résine Crystal Cléopâtre est excellente, pour cela vous devrez mélanger la résine liquide avec un durcisseur. Vous pouvez la teinter un peu avec quelques gouttes de lavis ou d’encre (je ne l’ai pas fait ici). Vérifiez bien que votre ouvrage soi étanche ! Laissez au moins 24h de séchage.

 

En ce qui concerne la verdure, vous pourrez trouver un large choix dans les plantes en plastique ou pour aquarium. J’ai recyclé celles que j’avais sur une ancienne table. N’hésitez pas à remettre une touche de couleur dessus comme du rose pour des cerisiers en fleur ou, comme ici, une couleur automnale. Pour l’herbe synthétique, je préfère mettre des touffes par endroits plutôt qu’un tapis disgracieux.

Les bâtiments sont issus de la gamme TT combat. J’ai voulu vous en proposer dans la boutique de La Tanière mais ils sont actuellement en cours de réapprovisionnement.

Conclusion
Faire une table n’est pas forcément long en soi à condition de l’avoir mûrement réfléchie avant de se jeter sur le cutter et le polystyrène. Les techniques ou astuces vous aideront à avoir un rendu très correct à moindre coût et sans trop d’efforts. Avoir avec vous des photos de paysage, des illustrations est de bon moyen d’inspiration. Contrairement à de la peinture sur figurine, l’élaboration d’une table sera l’occasion de partager votre passion avec vos amis, famille,… et peut-être transmettre le virus (désolé, fallait la faire…) la passion du modélisme.

J’espère au travers de ces quelques conseils avoir pu guider les plus frileux d’entre vous, et donner des idées aux autres. Ceci n’est qu’une infime partie de ce que l’on peut créer, n’ayez pas peur lancez-vous! N’hésitez pas à partager vos réalisations sur mes réseaux sociaux (@latanierelugeek sur FB et Instagram), je me ferai un plaisir de les regarder.

@+ les Ours

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *