CARNEVALE- Unboxing de Juan

Salut les ursidés,

notre Ours préféré m’a invité à vous présenter le contenu de la boîte 2 joueurs pour Carnevale.

Carnevale est un jeu d’escarmouche dans les rues de Venise à la fin du XVIIIe siècle. Une gigantesque déchirure de la réalité est apparue dans le ciel et a noyé la majorité de l’Europe, seule Venise a été épargnée. De jour la ville s’affaire, la reine de l’Adriatique est devenue la capitale commerciale de l’Ouest. Mais à la nuit tombée, les gangs rôdent près des canaux s’affrontant pour étendre leur territoire. Mais ce n’est pas tout la Déchirure dans le ciel à ouvert un passage à des phénomènes d’outre-monde. La magie se déverse et emmène avec elle des créatures dévouées à des anciennes divinités qui envient ce nouvel empire Vénitien.

Au premier abord la boîte en impose, en main elle pèse son poids et mesure presque 50 centimètres de large (47×32 pour ceux qui mesurent déjà la place restant sur leurs étagères 😛 ).
La boîte arbore 6 masques représentant les factions du jeu avec au centre ceux de La Guilde et Rashaar les deux factions contenues dans ce starter.

N’attendons pas plus longtemps pour l’ouvrir !

Au premier coup d’oeil on voit qu’elle est bien remplie et qu’elle contient tout le matériel nécessaire pour jouer.
Regardons ça de plus près.

On commence par un livret de campagne d’introduction, celle-ci se compose de 6 scénarii qui permettent d’aborder progressivement les mécanismes du jeu.
On trouve aussi deux fiches cartonnées de références rapide, une comprenant les actions que vont pouvoir effectuer vos personnages et l’autre décrivant les règles des compétences les plus communes.

Ensuite viennent les cartes de personnages, une par figurine, 7 pour Rashaar et 8 pour la guilde. Ces cartes représentent le profil de chaque personnage avec ses caractéristiques, son armement et ses compétences. Elles sont facile à lire, les règles des compétences sont reprise sur chaque fiche de personnage.

Le matériel de jeu, là franchement c’est la classe ! Là où d’autres éditeurs vous fournissent des gabarits et des jetons en carton, TTCombat place la barre un cran au dessus : les gabarits, la règle et les jetons sont en acrylique et il y a même un ducat (la monnaie de Venise, qui représente le coût des figurines) en métal. 12 dés à 10 faces viennent compléter l’ensemble, ils sont gravés avec le logo du jeu.

Passons maintenant à ce qui pèse le plus dans la boîte, le livre. Là aussi, contrairement à d’autres éditeurs, TTCombat fournit le livre complet et pas juste un livret résumant les règles. Celui-ci fait 240 pages, avec de belles illustrations, des photos et des représentations en 3D pour mettre en scène certains points de règles. Nous y reviendrons plus tard.

Je ne vous ai pas menti quand je vous disais que la boîte contenait tout le nécessaire pour jouer, il ne manque qu’une table et un adversaire 🙂
En terme de décors nous avons 9 tuiles de 30 centimètres de côté représentant les rues et les canaux et pour agrémenter tout ça pas moins de 16 bâtiments (9 à 2 étages, 7 à 1 étage) et 6 ponts (3 étroits et 3 larges). Bref de quoi faire quelques parties !

Avant de parler des règles intéressons-nous à l’autre point important d’un jeu de figurines… les figurines !

Au nombre de 15, 7 pour Rashaar, 8 pour La Guilde, les figurines sont en résine et de très bonne facture. Bien qu’elles soient toutes monobloc les sculpteurs de TTCombat a réussi à obtenir des figurines dynamiques, variées et très bien détaillées. Le moulage est propre, les carottes facile à enlever et les lignes de joint facile à éliminer.

Mais ce n’est pas tout !

TTCombat nous fournit aussi une gondole et 3 pylônes pour agrémenter vos tables. La qualité de sculpture et de moulage sont les mêmes que pour les figurines.

Regardons ce que ça donne une fois nettoyé et soclé !

Et voilà ce que ça donne si on met tout sur une table.

Parlons maintenant des règles.
Le (gros) point positif pour moi c’est qu’elles n’occupent que 20 pages dans le livre et, à mon avis, c’est largement suffisant. Revenons vite fait sur le contenu du livre : 144 pages de background avec de belles illustrations, 20 pages de règles, 48 pages de campagnes et scénarios et 18 pages de références.

Carnevale se veut un jeu narratif, les règles commencent par une règle d’or qui vous recommande de laisser une marge de manoeuvre à l’adversaire en précisant que si une action est cinématique c’est bien plus important que de coller parfaitement aux règles.
Les joueurs sont autorisés à mesurer les distances à tout moment.

Intéressons-nous aux fiches de personnages.

De haut en bas la fiche possède les éléments suivants :

Le nom du personnage et une illustration.

Ses points d’action, de vie, de volonté et, éventuellement, de commandement.
– les point d’actions vous permettent de faire agir votre personnage lors de son activation, on ne peut pas dépenser plus de 3 points d’action durant une activation, les actions ayant un coût allant de 1 à 3 points d’action
– les points de vie, et bien… vous avez deviné 😉
– les points de volonté peuvent être utilisés pour booster une action, avant un jet vous pouvez dépenser jusqu’à 2 points de volonté pour ajouter autant de dés à ce jet. Ces point servent aussi aux mages pour jeter des sorts
– les points de commandement ont un aspect stratégique, tous les personnages n’en possèdent pas. Ils peuvent permettre de donner un point d’action supplémentaire à une figurine en ligne de vue, de faire agir une figurine en ligne de vue pendant l’activation du « commandant », d’utiliser la capacité de commandement spécifique au personnage ou, en début de partie, de piocher un nouvel agenda (ce sont des objectifs secondaires qui vous permettent de marquer des points de victoire en plus de ceux du scénario)

Ensuite la taille du socle de la figurine et le coût en ducats (les deux gangs de la boîte ont une valeur de 100 ducats chacun).

Chaque personnage possède aussi 5 caractéristiques :
– mouvement : la distance, en pouces, que peut parcourir la figurine
– dextérité : sa capacité à faire des déplacements spéciaux (escalader, plonger, …) et esquiver les attaques adverses
– attaque : vraiment ? Il faut que j’explique ?
– protection : la défense du personnage, qu’elle soit naturelle ou via un équipement
– esprit : les capacités mentales du personnage, principalement utilisé pour jeter des sorts
En dehors du mouvement les quatre autre caractéristiques représentent un nombre de dé à lancer.

Ensuite on retrouve les armes et les capacités du personnage ainsi que des mots-clés qui indique la faction, le rôle (leader, héro, homme de main, …), l’espèce (humain, monstre, …) et éventuellement les disciplines de magie de celui-ci.

Comme nous l’avons vu ci-dessus une action a un coût en points d’action et est liée à une caractéristique. La description de chaque action contient le seuil de réussite à atteindre (par exemple pour un seuil de 7, il suffit que le résultat d’un des dés soit de 7 ou plus pour que l’action soit réussie) et une table qui indique les effets de celle-ci en cas de réussite, d’échec, de réussite critique et de fumble.
Pour résoudre une action on va lancer un nombre de dés correspondant à la caractéristique du personnages plus d’éventuels modificateurs, le nombre de dés ne pouvant jamais dépasser 10. Mais parmi ces dés il faut jeter un dé de couleur différente, c’est le dé de la destinée. Si le résultat du dé de la destinée est un 10, c’est une réussite critique, si c’est un 1, c’est un fumble (maladresse).

L’action se déroulant à Venise tout est prévu pour utiliser les canaux, vous aurez à disposition des règles pour nager, plonger, envoyer vos adversaire à l’eau et les noyer. Il y a des créatures aquatiques qui voudront s’en prendre au membres de votre gang. Et vous pourrez aussi compléter votre gang en dépensant quelques ducats pour acheter de l’équipement, notamment une gondole (oui oui, elle n’est pas fournie juste pour faire joli 🙂 ) qui vous aidera à transporter vos alliés plus rapidement sur l’eau.

Le confinement étant arrivé je n’ai malheureusement pas pu tester le jeu mais je trouve les règles bien écrites et claires, il me tarde vraiment de les tester et de vous donner mes impressions.

Pour conclure je suis vraiment bluffé par la qualité du matériel présent dans le Carnevale stater deux joueurs, le rapport qualité/prix est excellent !
Un petit bémol pour certains c’est qu’il n’existe pas de version française cependant c’est écrit dans un anglais très abordable mais si la langue de Harry Potter, Tolkien ou James Bond vous rebute il existe sur les interwebs une traduction française faite par les fans.

À bientôt (je l’espère) pour un rapport de bataille dans les rues de Venise.

Juan

« Merci Juan pour ce super article, hâte de s’affronter dans les rues de Venise! @+ Les Ours » 

 

Si toutefois vous avez du mal avec la langue de shakspearien, voici les traductions « Fanmade » de : Nicolas BRACHET, Jérémy TABART, Nicolas DRELON. Merci à eux.

4 réflexions sur “CARNEVALE- Unboxing de Juan”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *